samedi 4 juillet 2015

La litanie de l'Humilité


L'Annonciation de Gustave Doré
L'Annonciation - Gravure de Gustave Doré
La litanie de l'Humilité est une prière importante qui vous aidera si vous la faite régulièrement à combattre en vous toute forme d'orgueil. Cette litanie, les démons la déteste puisque celui qui tient à rester humble ou à trouver l'humilité se sachant orgueilleux sera fort face au Diable, lui qui est l'Orgueil même.

La litanie de l'Humilité permet à celui qui la dit de mieux cibler ses faiblesses, de mieux comprendre ce qu'est l'orgueil et de se rendre compte que ce péché est présent en tous même sous sa plus petite forme, car l'orgueil est partout et plus vite nous l'aurons reconnu, mieux nous saurons repousser les tentations d'orgueil inspirées par le Démon. 

Les orgueilleux plaisent au Diable, lui qui s'est révolté par orgueil contre Dieu, son créateur. Lui qui voulait être Dieu et qui fait des disciples sur Terre pour l'adorer afin d'être l'égal de Notre Père du Ciel. Lui qui craint la Vierge Marie, celle qui fut choisie par Dieu pour être un modèle de pureté et d'humilité pour tous les hommes.


Marie a été très cachée dans sa vie : c'est pourquoi elle est appelée par le Saint-Esprit et l’Église Alma Mater : Mère cachée et secrète. Son humilité a été si profonde qu'elle n'a point eu sur la terre d'attrait plus puissant et plus continuel que de se cacher à elle-même et à toute créature, pour n'être connue que de Dieu seul.
Dieu, pour l'exaucer dans les demandes qu'elle lui fit de la cacher, appauvrir et humilier, a pris plaisir à la cacher dans sa conception, dans sa naissance, dans sa vie, dans ses mystères, dans sa résurrection et assomption, à l'égard de presque toute créature humaine. Ses parents mêmes ne la connaissaient pas ; et les anges se demandaient souvent les uns aux autres : Quae est ista ? Qui est celle-là ? Parce que le Très-Haut la leur cachait ; ou, s'il leur en découvrait quelque chose, il leur en cachait infiniment davantage.
Dieu le Père a consentit qu'elle ne fit point de miracle dans sa vie, du moins qui éclatât, quoiqu'il lui en eût donné la puissance. Dieu le Fils a consenti qu'elle ne parlât presque point, quoiqu'il lui eût communiqué sa sagesse. Dieu le Saint-Esprit a consenti que ses Apôtres et ses Évangélistes n'en parlassent que très peu et qu'autant qu'il était nécessaire pour faire connaître Jésus-Christ, quoiqu'elle fût son Épouse fidèle.
Marie est l'excellent chef-d’œuvre du Très-Haut, dont il s'est réservé la connaissance et la possession. Marie est la Mère admirable du Fils, qu'il a pris plaisir à humilier et à cacher pendant sa vie, pour favoriser son humilité, la traitant du nom de femme, "mulier", comme une étrangère, quoique dans son cœur il l'estimât et l'aimât plus que tous les anges et les hommes. Marie est la fontaine scellée et l’Épouse fidèle du Saint-Esprit, où il n'y a que lui qui entre. Marie est le sanctuaire et le repos de la Sainte-Trinité, où Dieu est plus magnifiquement et divinement qu'en aucun lieu de l'univers, sans excepter sa demeure sur les chérubins et les séraphins ; et il n'est pas permis à aucune créature, quelque pure qu'elle soit, d'y entrer sans un grand privilège.
Je dis avec les saints : La divine Marie est le paradis terrestre du nouvel Adam, où il s'est incarné par l'opération du Saint-Esprit, pour y opérer des merveilles incompréhensibles. C'est le grand et le divin monde de Dieu, où il y a des beautés et des trésors ineffables. C'est la magnificence du Très-Haut, où il a caché, comme dans son sein, son Fils unique, et en lui tout ce qu'il y a de plus excellent et précieux. Oh ! oh ! que de choses grandes et cachées ce Dieu puissant a faites en cette créature admirable, comme elle est elle-même obligée de le dire, malgré son humilité profonde : Fecit mihi magna qui potens est. Le monde ne les connaît pas, parce qu'il en est incapable et indigne.
Les saints ont dit des choses admirables de cette sainte cité de Dieu ; et ils n'ont jamais été plus éloquents et plus contents, comme ils l'avouent eux-mêmes, que quand ils en ont parlé. Après cela, ils s'écrient que la hauteur de ses mérites, qu'elle a élevés jusqu'au trône de la Divinité, ne se peut apercevoir ; que la largeur de sa charité, qu'elle a plus étendue que la terre, ne se peut mesurer; que la grandeur de sa puissance, qu'elle a jusque sur un Dieu même, ne se peut comprendre ; et, enfin, que la profondeur de son humilité et de toutes ses vertus et ses grâces, qui sont un abîme, ne se peut sonder. Ô hauteur incompréhensible ! Ô largeur ineffable ! Ô grandeur démesurée ! Ô abîme impénétrable !
Tous les jours, d'un bout de la terre à l'autre, dans le plus haut des cieux, dans le plus profond des abîmes, tout prêche, tout publie l'admirable Marie. Les neuf chœurs des anges, les hommes de tous sexes, âges, conditions, religions, bons et mauvais, jusqu'aux diables, sont obligés de l'appeler bienheureuse, bon gré, mal gré, par la force de la vérité. Tous les anges dans les cieux lui crient incessamment, comme dit saint Bonaventure : Sancta, sancta, sancta Maria, Dei Genitrix et Virgo ; et lui offrent millions de millions de fois tous les jours la Salutation des anges : Ave, Maria, etc., en se prosternant devant elle, et lui demandant pour grâce de les honorer de quelques-uns de ses commandements. Jusqu'à saint Michel [qui], dit saint Augustin, quoique le prince de toute la cour céleste, est le plus zélé à lui rendre et à lui faire rendre toutes sortes d'honneurs, toujours en attente pour avoir l'honneur d'aller, à sa parole, rendre service à quelques uns de ses serviteurs.

("Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge" de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)



Litanie de l’Humilité


V/ O Jésus, doux et humble de cœur,
R/ Rendez mon cœur semblable au vôtre.

De ma volonté propre, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être estimé, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être affectionné, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être recherché, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être honoré, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être loué, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être préféré, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être consulté, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être approuvé, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être compris, délivrez-moi, Seigneur.
Du désir d'être visité, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être humilié, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être méprisé, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être rebuté, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être calomnié, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être oublié, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être raillé, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être soupçonné, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être injurié, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être abandonné, délivrez-moi, Seigneur.
De la crainte d'être refusé, délivrez-moi, Seigneur.

Que d’autres soient plus aimés que moi,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres soient plus estimés que moi,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres grandissent dans l'opinion et que je diminue,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres soient loués et que je sois oublié,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres soient employés et que je sois mis de côté,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres soient préférés en tout,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.
Que d’autres soient plus saints que moi,
Pourvu que je le sois autant que je puis l'être,
Accordez-moi, Seigneur, de le désirer.

D'être inconnu et pauvre,
Seigneur, je veux me réjouir.
D’être dépourvu des perfections naturelles du corps et de l'esprit,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on ne pense pas à moi,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on m’occupe aux emplois les plus bas,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on ne daigne même pas se servir de moi,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on ne me demande jamais mon avis,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on me laisse à la dernière place,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on ne me fasse jamais de compliment,
Seigneur, je veux me réjouir.
Qu'on me blâme à temps et à contretemps,
Seigneur, je veux me réjouir.

V. Heureux les persécutés pour la justice,
R. Car le Royaume des Cieux est à eux.

Ô Marie, mère des humbles, priez pour moi.
Saint Joseph, protecteur des humbles, priez pour moi.
Saint Michel qui le premier a terrassé l'orgueil priez pour moi.
Tous les justes sanctifiés surtout par l'esprit d'humilité, priez pour moi.

Prions

Mon Dieu, je ne suis que cendre et poussière. Réprimez les mouvements d'orgueil qui s'élèvent dans mon âme. Apprenez-moi à me mépriser moi-même, vous qui résistez aux superbes et qui donnez votre grâce aux humbles. Par Jésus, doux et humble de Cœur. Ainsi soit-il. 

Oraison

Ô Jésus dont la première leçon a été celle-ci :
Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur,
Enseignez-moi à devenir humble de cœur comme vous.
Ainsi soit-il.




Revêtez-vous tous d’humilité dans vos rapports les uns avec les autres. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce. Tenez-vous donc humblement sous la main puissante de Dieu pour qu’il vous élève quand le jugement viendra. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis puisqu’il s’occupe de vous. (1 P 5, 5b-7)




Plus légèrement, le problème avec l'orgueil, c'est qu'il faut être humble pour voir que l'on en a...






Pratique :
Apprendre l'obéissance (pour vaincre l'orgueil) quand celle-ci n'attente pas à la Foi.


Lire cet article.


Reportez-vous à Sœur Benigna, petite secrétaire de l'amour de Dieu : Décalogue de l'Humilité (4/9), Méditation sur le repos de la conscience, Litanies de Saint François d'Assise, De l'humilité de Marie, Litanie pour se détacher des biens de ce monde, La protection des saints Anges contre les démons, particulièrement au sujet de leurs différentes tentations, Degrés des vertus qu'on se propose d'acquérir, J'irai jusqu'au bout de la terre pour Toi, Seigneur !, La vraie dévotion à la Sainte Vierge Marie, Cantique pour le Jour de l'Assomption, Votre mémoire est une boîte à tentations dans laquelle le démon pioche, Les saints et le combat spirituel : Saint Benoît, La simplicité d'une vie, Sœur Maria-Sherry, Dévotion aux saints anges : les perfections admirables de ces sublimes intelligences, Comment le Diable trouble votre paix intérieure, Savoir-vivre dans l’Église, J'ai rencontré le Christ - Témoignage et Satan est présent dans votre vie !.





Lire
"Les XII degrés de l'humilité" de Dom Jean de Monléon.